Comment choisir et poser son futur carrelage ? 

Comment choisir son futur carrelage ?


Toute personne désireuse de choisir un bon carrelage pour sa maison lira sans doute ce dossier avec attention ! En effet, cette étape n’est pas toujours aisée. Les différents prix, les normes, les myriades de couleurs et de teintes vous placent très souvent face à un choix cornélien. Voici donc mes conseils et astuces pour vous aider aux mieux. Suivez le guide !

Optez pour le type de carrelage qui répond le plus à vos besoins

Pour choisir le bon carrelage, il est évidemment nécessaire de connaitre les variétés les plus prisées, voici les carrelages préférés de notre décorateur d’intérieur Aix en Provence :
le-saviez-vous-normes

  • La terre cuite pour les plus traditionalistes

Les carreaux conçus en terre cuite, plus connus sous le nom de tomettes ou zellige sont spécialement prisés par les traditionalistes de par leurs robustesses et surtout pour le cachet ancien qu’ils offrent. Ce type de revêtement est particulièrement choisi par les propriétaires d’habitation dotée d’un chauffage par le sol.

  • Le grès pour sa polyvalence

Les carreaux formulés avec du grès sont les plus utilisés dans le domaine du carrelage. En effet, ils séduisent de plus en plus de personnes grâce à leurs propriétés robustes et résistantes aux tâches, mais pas seulement. Ils proposent également une myriade d’aspect (marbre, parquet, pierre naturelle) et de couleur pour répondre aux goûts de chacun.

  • La faïence pour donner un cachet unique aux murs

La faïence est uniquement dédiée à la pose murale. Elle tient ses propriétés lumineuses et brillantes grâce à la glaçure dont elle est recouverte. De plus, elle est facile à mettre en œuvre. Petit bémol : leurs découpes qui doit être réalisé minutieusement.

  • Les carreaux de ciment pour les amateurs de design futuriste

Ce type de carrelage est un carreau de revêtement à base de ciments colorés. Il peut sans problème s’inviter dans n’importe quelle pièce de la maison. Je l’apprécie particulièrement pour son contact chaud et doux. Son seul inconvénient réside dans son prix relativement cher (plus de 65 € le m2)

  • La pâte de verre pour les pièces d’eau

Ce type de faïence est uniquement dédié dans le revêtement des salles d’eau ou bien des piscines. Les carreaux en pâte de verre ont pour spécificités d’être très résistants à l’eau et à l’usure. De plus, ils proposent toute une gamme de couleurs et de teintes pour répondre à toutes vos envies.

Déterminez la forme ainsi que la taille du carreau

La taille du carreau à choisir dépend de la pièce à revêtir. Dans une pièce d’eau comme la salle de bain, je vous conseille notamment de vous tourner vers les petits modèles pour éviter les risques d’aquaplaning. Le séjour ou les chambres, quant à eux, peuvent être revêtus de carreaux plus imposants. Dans tous les cas, sachez que les grands modèles agrandissent visuellement une pièce, tandis que les carreaux miniatures confèrent une ambiance cosy.

En ce qui concerne la forme, les carreaux sont carrés ou rectangulaires dans la majorité des cas. Pour plus d’originalité, vous pouvez également vous tourner vers des octogonaux, assez difficile à poser.

Choisissez la bonne teinte et nuance du carreau

Cette étape est à ne surtout pas négliger, surtout si vous voulez revendre un jour. En effet, on ne change pas de carrelage comme on change de vêtement. Pour ma part, je préfère des teintes plus soft et chic comme le blanc cassé, la taupe ou le gris. Ces nuances donneront de la puissance à votre sol.  Pour plus d’originalité, vous pouvez aussi vous laisser séduire par la tendance imitation parquet en bois ou pierre naturelle.

Faites attention aux normes

Il existe généralement 3 types de normes pour vous aider à adapter votre futur sol à ses conditions d’utilisations :

LA NORME PEI

Elle indique la résistance au passage d’un carreau.

  • PEI I : Fréquence de passage limité
  • PEI II : Fréquence de passage modéré
  • PEI III : Fréquence de Passage assez élevé
  • PEI IV : Fréquence de passage considérable
  • PEI V : Fréquence de Passage intense

L’ÉCHELLE DE MOHS

La norme Mohs montre la dureté d’un carreau et donc sa ténacité face aux rayures.

  • Un carrelage rayable présente entre 1 à 3 Mohs
  • Un carrelage peu rayable présente entre 4 à 7 Mohs
  • Un carrelage inrayable présente entre 8 à 10 Mohs

LA NORME ABC

Cet indicateur permet de déterminer le niveau d’adhérence d’un carrelage.

  • A : adhérence normale
  • B : adhérence élevée
  • C : forte adhérence

Bonus : mes petits conseils et astuces pour réussir la pose de son carrelage

Carreler soi-même son sol est une opération réservée aux bricoleurs aguerris et aux professionnelles. Voilà pourquoi il y a des spécialistes de la pose de carrelage. Toutefois, si vous voulez vous lancer dans ce processus, voici quelques conseils à suivre :

pose ceramique-01fr-carrelege-01

Source des infographie : https://fr.tools4pro.com/blog/recommandations-fixer-carrelage/

  • Préparez minutieusement le sol : il se doit d’être sec, propre et stable.
  • Passez au calepinage : cette opération comporte le calcul du nombre de carreaux nécessaire. Il consiste également à déterminer l’ordre de la pose.
  • Préparez le mortier-colle : la quantité pour poser du carrelage au sol se situe généralement entre 2 kg (pour des carreaux de petites dimensions) à 6 kg (pour des carreaux de grandes dimensions) par mètre carré.
  • Répartissez le mortier-colle avec une spatule
  • Posez le carreau : en l’enfonçant légèrement et en le tapotant avec un petit marteau en caoutchouc.
  • Posez les croisillons : si possible, optez pour des croisillons qui peuvent être coulés dans la colle pour carreau.
  • Contrôler la régularité du sol avec une règle de niveau
  • Si nécessaire, ajustez le niveau du sol à l’aide d’une batte en bois et d’un maillet en caoutchouc.
  • Et enfin, laissez sécher !